Les finances à l’ère des crises pandémiques : tendances et perspectives

Publié le 2 décembre 2022

Auteur : M. Azzeddine ALLIOUI

La crise sanitaire Covid-19 continue d’avoir un impact négatif sur les ménages, les entreprises et les marchés financiers. Dans ce contexte, la recherche scientifique plaide pour un cadre capable d’amortir et de compenser ses effets lors de futures crises sanitaires, financières ou industrielles. C’est pourquoi, l’utilisation d’outils et de systèmes avancés basés sur l’IA (Intelligence Artificielle) est parmi les techniques susceptibles de remédier et de trouver des solutions aux problèmes des marchés financiers et des décisions financières.

Ces dernières années, les progrès de l’IA ont permis d’obtenir des résultats prometteurs dans de nombreux domaines. Il devient possible de prédire, d’anticiper ou d’optimiser des comportements ou des processus métier, en dotant un système de capacités d’apprentissage, de raisonnement et de décision. Ainsi, l’IA peut contribuer à la gestion des actifs, de la gestion de portefeuille aux décisions d’investissement, tout en tenant compte de la conformité et des risques. Cependant, le terme de gestion d’actifs est utilisé de manière très différente selon le domaine d’utilisation.

 

En effet, en finance, la gestion d’actifs consiste à faire prospérer les actifs de ses clients par des investissements, en respectant les obligations réglementaires et contractuelles, et en appliquant des stratégies d’investissement pour obtenir le meilleur rendement possible en fonction du risque choisi.

Récemment, d’innombrables start-up ont manifesté un intérêt croissant pour la mise en oeuvre et la promotion d’applications avancées, qui peuvent monétiser les aspects potentiels actuels, pour mélanger la révolution industrielle et la ruée vers l’or (c’est-à-dire : le transport, la livraison, le logement, le commerce, le financement, la réparation, etc. Par exemple, il est devenu plus facile pour les individus possédant des téléphones portables intelligents de créer ou d’offrir des services pour gagner de l’argent, négocier leur revenu ou améliorer leur allocation sociale. En outre, le partage d’un style de vie privé (vêtements, voitures, maisons, …) est devenu un moyen de générer des résultats. Cette révolution privée ou sociale déclenche diverses questions concernant la relation  » individu/travailleur « ,  » plateforme/employeur « , « citizen/société « , et les bénéfices ou les taxes. Ces questions visent à analyser la concurrence et le monopole du marché, le financement des modèles sociaux, la croissance territoriale, mais aussi les responsabilités individuelles et partagées.

Tous ces éléments constituent la base d’une économie nouvelle et innovante ainsi que d’un nouveau marché mondial. Cette réalité émergente semble encore grotesque en ce qui concerne les collaborations efficaces, l’adoption du numérique, le partage des données, etc. L’utilisation de la technologie a toujours eu un impact sur le marché, cependant, étant donné les avancées technologiques du 21ème siècle, l’évolution actuelle n’a généralement pas été remarquée dans les études statistiques.

Cependant, il est assez difficile de détecter l’impact réel de ces technologies et innovations étant donné la nature des actifs numériques ainsi que l’évolution des besoins de développement. Les paramètres actuels ne permettent pas encore de mesurer l’impact des systèmes basés sur l’intelligence artificielle, d’identifier la valeur ajoutée des services présentés et de définir des modèles cibles pour assurer l’évolution technologique (Open Society Foundation, 2015).

 

formation executive esca maroc université