Vous êtes ici : Accueil » Casablanca » Cadre de vie

Casablanca, un Territoire à Découvrir

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  -  1


Il fait bon vivre à Casablanca grâce à son climat, à la mer, à ses jardins, à sa tradition et à sa modernité sans cesse en opposition. La population y est hospitalière, et son hospitalité légendaire. La ville offre l’ensemble des services que l’on peut attendre d’une métropole moderne : transports, santé, infrastructures, loisirs…

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  - 2
ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  - 3



Casablanca est chef-lieu de la région du Grand Casablanca, située à environ 80 km au sud de Rabat, la capitale administrative du Maroc. Lors du dernier recensement de 2004, sa population était de 2 949 805 habitants (Source : Haut-Commissariat au Plan).

Casablanca est localisée sur la plaine de la Chaouia, région historiquement agricole et à ce jour l’un des principaux pôles de l’activité agricole du pays. Sa position sur la côte atlantique lui permet l’accès aux ressources maritimes (principalement relatives à la pêche). L’étendue forestière avoisinant la ville de Casablanca est celle de Bouskoura, qui fut plantée au XXe siècle, et qui se compose principalement d’eucalyptus, de pins et de palmiers.

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  - 4



Casablanca possède un climat méditerranéen à forte tendance océanique qui est particulièrement agréable. Sa localisation en bordure de l’océan atlantique lui confère des hivers doux et relativement humides, ainsi que des étés modérément chauds mais sans précipitations. La température moyenne annuelle y est de 19°C.

Pendant l’hiver, le gel y est quasiment absent, et l’été, les températures sont particulièrement agréables. La ville peut enregistrer des températures caniculaires pendant quelques jours lors des épisodes de vent de terre.

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  -  5

En tant que centre économique du Maroc, Casablanca constitue un nœud de transport majeur pour l’ensemble du pays et la région nord du continent africain.

Aéroports :

Casablanca est desservie par l’aéeroport le plus important du Maghreb, l’aéroport Mohammed V, situé à environ 15 km au sud de la ville. Il est desservi par plus de 50 compagnies aériennes régulières qui le relient à plus de 80 destinations, au Maroc et à l’étranger. En 2012, il a traité environ 7,2 millions de passagers et plus de 50 000 tonnes de fret. Il constitue le hub de la compagnie aérienne marocaine Royal Air Maroc.

Casablanca dispose d'un deuxième aéroport, l'aéroport Casablanca-Tit Mellil, réservée à des vols privés et régionaux exclusivement. L'ancien aéroport de Casablanca-Anfa est définitivement fermé à toute circulation et déclassé depuis 2007. Son vaste terrain de 350 hectares fait l'objet d'un projet d'aménagement urbain majeur.

Chemins de fer :

Casablanca est particulièrement bien connectée au réseau marocain de chemins de fer de l'ONCF (Office National des Chemins de Fer), permettant de rejoindre les principales villes du pays sans correspondance. La ville dispose de deux gares principales, Casa-Voyageurs et Casa-Port.

Ces deux gares enregistrent un trafic voyageurs d'environ 8 millions de passagers par an, et constituent des nœuds de transport majeurs sur l’axe Kénitra-El Jadida.

L’ouverture de la Ligne Grande Vitesse Tanger-Casablanca est prévue à l’horizon 2015, et Casa-Voyageurs deviendra à cette occasion le terminus des trains à grande vitesse en provenance de Tanger (temps de parcours 02:16).

Axes routiers :

Casablanca est dotée d’une voie rapide urbaine d’une longueur de 22km qui dessert la ville sur un axe est-ouest, ainsi que d’une autoroute de contournement d’une longueur de 33km. La ville constitue le nœud autoroutier le plus important du pays, au carrefour de :

• L’autoroute A3 Casablanca-Rabat
• L’autoroute A5 Casablanca-El Jadida
• L’autoroute A7 Casablanca-Marrakech-Agadir

Transports urbains :

Mise en service en décembre 2012 après seulement deux ans de travaux, la première ligne du tramway de Casablanca relie l’est à l’ouest en passant par le centre-ville. D’une longueur de 31km, elle dispose de 48 stations et devrait transporter 250 000 voyageurs quotidiens à l’horizon 2015. Cette première ligne de tramway s’est accompagnée d’un réaménagement urbain, avec notamment sur son trajet un traitement de la voirie, une réhabilitation des bâtiments et une piétonisation de plusieurs voies dans le centre-ville.

Compte tenu de l’absence de véritable moyen de transport de masse, les taxis ont longtemps joué et jouent encore un rôle majeur pour la mobilité dans l’agglomération casablancaise. Le parc de taxis comprend près de 15 000 véhicules au total, qui transportent près de 1.2 million de personnes par jour.

On distingue :
• les taxis rouges (ou petits taxis) qui sont utilisés pour les déplacements à l’intérieur du périmètre urbain
• les taxis blancs (ou grands taxis) qui circulent sur des lignes reliant le centre-ville aux zones périphériques et les trajets interurbains.

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  -  6


Le dirham marocain est la monnaie officielle du Maroc depuis 1958, son code ISO est MAD. Contrairement au dollar américain ($) ou à la livre sterling (£), le dirham marocain ne possède pas de symbole officiel. Il se divise en 100 centimes.

Il existe 4 billets des dirhams marocains (200 dirhams, 100 dirhams, 50 dirhams, 20 dirhams) et 7 pièces (5 dirhams, 2 dirhams, 1 dirham, ½ dirham, 20 centimes, 10 centimes). Chaque billet possède une couleur spécifique. Sur cette dernière série, qui date de 2002, figure à chaque fois au recto Mohammed VI, l'actuel roi du Maroc. Sur la série précédente, Hassan II, père de l'actuel roi et précédent roi jusqu'à sa mort en 1999.

Le dirham marocain n’est pas librement convertible.

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  -  7


Dans la langue arabe pratiquée au Maroc, il y a tout d’abord l’arabe dit « classique » utilisé dans l’enseignement, l’administration ainsi que dans les discours formels et les médias. Il cohabite avec celui dit « dialectal » ("darija"), parlé au quotidien. La darija diffère peu des autres dialectes du Maghreb, mais est incompréhensible pour les locuteurs du Moyen-Orient, contrairement à l'arabe littéraire, qui sert alors de langue véhiculaire.

Parallèlement, d’autres langues sont présentes sur l’ensemble du territoire :

L’amazigh (idiome berbère) surtout employé par les populations vivant dans le Souss, le Rif, les Atlas et variant suivant les régions.
La langue française parlée par la grande majorité des marocains
L’espagnol pratiqué dans le nord et dans le Sahara, du fait de l'ancienne présence espagnole
• L’apprentissage de l’anglais est de plus en plus privilégié par les jeunes Marocains et, avec l’allemand et l'italien, est couramment pratiqués dans le secteur touristique.

La région du Grand Casablanca est membre de l'Association internationale des régions francophones, et le Maroc fait d'ailleurs partie de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  - 8


La religion la plus représentée au Maroc est l’Islam, qui regroupe 98,7 % des croyants. L'Islam est la religion officielle, mais la coexistence avec les autres religions est effective (la pratique des autres religions révélées est d'ailleurs garantie par la constitution). La journée est rythmée par 5 appels à la prière. La vie religieuse suit le calendrier musulman. Il débute en 622, l'année où le prophète de l'islam Mahomet quitta La Mecque pour s'établir à Médine où il avait beaucoup plus d'adeptes. L'année hégirienne, année lunaire, se compose de 12 mois, mais est plus courte que l'année solaire. Le mois de Ramadan et les grandes fêtes religieuses varient par rapport au calendrier grégorien.

La vie civile est régie par le calendrier grégorien. À la différence d'autres pays musulmans, le week-end se compose du samedi et du dimanche. Le vendredi n'est pas férié mais administrations et services publics allongent leur pause-déjeuner pour permettre aux fidèles de se rendre à la prière. Le judaïsme et le christianisme (ce dernier reste principalement représenté par les résidents européens) suivent avec respectivement 0,2 % et 1,1 %. Le Maroc est le pays arabe où vit la plus grande communauté juive (7 000 représentants).

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  - 9


Observer les façons de cuisiner et de manger, c’est un merveilleux moyen pour découvrir l’histoire et la culture d’un pays. En l’occurrence, la cuisine marocaine est à l’image du pays : chaude, généreuse, colorée, parfumée, subtile…

La cuisine marocaine reflète l’histoire complexe du pays et les différentes populations qui s’y sont installées. Le tajine et le harira viennent des Berbères, premiers habitants de la région. Les Bédouins ont apporté les dattes, le lait, les céréales et le pain tandis que les Maures ont introduit l’huile d’olive, les amandes, les fruits et les herbes. Les Arabes ont apporté les épices, sans oublier les Britanniques qui, au XVIIIe siècle, ont importé le fameux thé.

Au Maroc, la cuisine est exclusivement le domaine des femmes, excepté pour la préparation du méchoui et des brochettes. Les femmes reproduisent les gestes de leurs mères et de leurs grands-mères. Elles ignorent généralement les livres de recettes et les dosages précis. Aussi, si la cuisine marocaine est simple, ses variantes sont infinies.

Le premier rituel du repas est de se laver les mains, puis on prononce « Bismillah ! » (« Au nom de dieu ») en se mettant à table. On mange souvent sur un tapis ou sur des coussins autour d’une table basse ronde. Le pain, rond et plat, sert de fourchette, car les plats sont dégustés traditionnellement avec le pouce, l’index et le majeur de la main droite (la main gauche est considérée comme impure dans les pays musulmans).

La cuisine marocaine se compose de produits peu coûteux qui, par l’art des épices, des herbes et des eaux de fleurs, se transforment en véritables festins.

Les entrées :
Les repas commencent souvent par des salades crues ou cuites, ou encore des purées froides de légumes. Briouates, Feggous et autres Pastilla de pigeon sauront vous mettre en appétit. Les plats de viandes ou de poissons : Les plus connus sont le tajine et le couscous, dont les recettes sont multiples et variées, mariant à l’infini les saveurs « sucré-salé », les mélanges d’épices et d’herbes comme la cannelle, le safran, le gingembre ou encore la coriandre. N’oublions pas le célèbre Méchoui, littéralement « l’agneau », préparé à l’occasion des grandes fêtes.

Les pâtisseries :
Mélanges raffinés d’amandes, d’eau de fleurs d’oranger, de miel et de cannelle, les douceurs orientales sont souvent servies aux visiteurs avec un verre de thé à la menthe. La plus célèbre des pâtisseries marocaines, à la pâte d’amande, s’appelle la « corne de gazelle ». N’oublions pas la fabuleuse « pastilla au lait » ou encore le « Baghrir ». A découvrir sur place? avec modération.

Le thé à la menthe :
Au Maroc, on boit du thé à la menthe à tout moment et à toute occasion : pour conclure un marché, accueillir un hôte, finir un repas, ou tout simplement se désaltérer… Si cette coutume paraît ancestrale, elle ne remonte pas plus loin que le milieu du XVIIIe siècle, lorsque les cargaisons de thé britanniques arrivèrent dans les ports marocains.

Entre hôpitaux publics et privés, médecins généralistes et spécialistes, laboratoires médicaux et pharmacies, radiologues, ophtalmologues ou dentistes formés bien souvent en Europe ou en Amérique du Nord, la prise en charge médicale est extrêmement développée à Casablanca. L’ensemble du spectre des pathologies est couvert, et offrent les moyens les plus modernes. Les secours d’urgence sont de bon niveau et on trouve tous les médicaments courants.

ESCA école de management - Casablanca, un Territoire à Découvrir  -  10


Au niveau sportif, la ville de Casablanca s’enorgueillit d’accueillir un grand marathon international , et de disposer de clubs et de complexes sportifs multidisciplinaires.

La ville propose aussi une offre culturelle riche et diversifiée. Avec une importante palette d’adresses culturelles où s’entremêlent théâtres, bibliothèques, musées et cinémas, du Théâtre Mohammed VI au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui, en passant par la Fabrique culturelle des anciens abattoirs et par l’I-max 3D du Morocco mall qui diffuse régulièrement les nouveautés du cinéma national et international, Casablanca s’illustre comme un véritable espace de culture et d’échanges.

Une situation privilégiée que la ville entretient aussi à travers ses nombreux centres culturels parmi lesquels l’on peut citer le complexe culturel d’Anfa, l’Institut français de Casablanca, la Casa Del Arte, l’Auditorium des Twin Center, le Centre culturel Goethe, l’Institut Cervantes ou encore le Studio des arts vivants. La ville compte aussi une multitude de programmations culturelles qui se succèdent tout au long de l’année à l’instar du Jazzablanca Festival, du Festival théâtre & culture, du Festival Casa Music ou encore du Festival International du rire de Casablanca.

Si la ville possède une actualité culturelle dense, elle est également parcourue par des espaces verts qui lui apportent souffle et paix. En plein centre-ville, on peut ainsi se balader dans les allées du parc de la Ligue Arabe. Ce grand parc est celui où certains casablancais se promènent le dimanche et font leur jogging le matin avant d’aller travailler. Mis en place au début du XXème, ce coin de verdure est tout à fait majestueux. L’allée centrale et l’ensemble du parc sont bordés de hauts palmiers dattiers ainsi que de pergolas et d’arcades qui lui apportent ombre et fraîcheur pendant la période estivale. Au milieu du parc se trouve l'ancienne cathédrale du Sacré-Cœur dont l'architecture mélange art gothique et art déco que l'on peut visiter. Ce n'est plus un lieu de culte de nos jours. Des terrasses de café longent ses espaces et permettent de se boire un thé à la menthe sous les palmiers. La ville est grouillante et toujours active. Ce parc se présente comme un véritable poumon vert.

D’autre part, sur la route de l’aéroport, à une douzaine de kilomètres du centre-ville, la forêt de Bouskoura peut également être un lieu de promenade agréable et proche de Casablanca. Si vous souhaitez quitter un temps l’atmosphère électrique d’une ville active, vous tomberez en rejoignant cette forêt sur une végétation composée d’acacias, de longs pins sylvestres et d’eucalyptus. Les week-ends et jours fériés, le lieu attire un grand nombre de Casablancais.

La forêt abrite deux grandes mosquées construites par le roi de l'Arabie Saoudite. Enfin, l’été, pour véritablement changer d’air, les plages de Casablanca sont tout à fait agréables. Longeant l’océan Atlantique, ces longues plages de sable, aussi bien publiques que privées permettent de se balader et de nager. De nombreux sports maritimes y sont évidemment pratiqués.

Casablanca

Maroc GMT

09:25

     

En savoir +

Loubna ASSABBAB
Head of International Relations


lassabbab@esca.ma